Accueil du site > la Haute Charme > Voyages > sur le Chemin...

sur le Chemin...

... de Saint-Jacques

samedi 13 avril 2013, par D & M

Le village, avec ses ruelles étroites et ses vieilles maisons à pans de bois recouvertes de lauzes, s’étire à flanc de coteau le long de la voie empruntée par les pèlerins se rendant à l’abbaye de Conques.

Sur la Via Podiensis (ou voie du Puy-en-Velay), l’abbatiale Sainte-Foy est située “sur un versant extrêmement raide, ayant sa façade occidentale tournée vers une vallée étroite mais profonde, que resserrent des murailles de rochers presque verticales. On ne pouvait choisir un lieu plus mélancolique, écrit-il, et plus convenable à des âmes pieuses qui voulaient fuir le monde ” [1]

Sur le chemin de Compostelle, l’abbatiale de Conques abrite sous ses voûtes séculaires, un trésor incomparable de sculptures romanes (tympan du Jugement dernier, chapiteaux historiés) que magnifient depuis peu les vitraux contemporains de Pierre Soulages.

Les artistes médiévaux ne manquaient pas d’humour, comme en témoignent ces petits personnages dissimulés dans la voussure extérieure du portail de l’abbatiale de Conques [2].

On en aperçoit le bout du nez avec les yeux qui se cachent derrière la volute au dessus du tympan... et il n’est pas tout seul, ce petit curieux, ils sont quatorze à vous épier ainsi... quatorze “anges curieux”, curieux de connaître enfin le verdict du jugement qui est sculpté sur le tympan....

Voir en ligne : pour admirer le tympan de l’abbatiale Ste-Foy de Conques en haute définition... et chercher les "Curieux"...

Portfolio

Sur le GR 65... ... vers Conques. Conques Conques Conques Conques l'abbatiale de Conques : le tympan Conques "les Curieux" Conques Conques Conques Conques Conques Conques Conques Conques Conques Conques Conques Conques

Notes

[1] Prosper Mérimée consacra une partie de "ses Notes de Voyage en Auvergne et dans le Limousin" à Conques qu’il sauva de la ruine quand il occupa le poste d’inspecteur général des Monuments Historiques, de 1841 à 1851.

[2] Il faudra qu’un jour je vous parle du "cochon de St-Antoine" de la Cathédrale de Troyes