Accueil du site > les P’tits Doudous > Histoires pour P’tits Doudous > Pirateries

les histoires du Petit Marcel

Pirateries

lundi 1er août 2016, par D & M

Du bas du cou jusqu’en haut de l’épaule, son corps est marqué par une longue cicatrice, ce qui ne manque pas d’intriguer les P’tits Doudous. Régulièrement ils lui demandent comment il avait eu cette marque profonde qui lui barre le haut du torse ?

Alors cédant à leur énième supplique, il leur raconta l’histoire du P’tit Marcel lorsqu’il était le chef d’une bande de pirates...

Pirateries... {JPEG}

Chaque jeudi après-midi [1], avec quelques copains, le P’tit Marcel grimpait vers le coteau derrière chez lui pour se rendre dans leur cabane secrète. Au milieu des vergers de pommiers et mirabelliers, un petit bosquet était resté en friche. C’est là, au milieu des ronces à mures et des lianes de clématite sauvage [2], que la petite bande avait découvert une cavité sous la souche d’un arbre mort qui était tombé. En la recouvrant de quelques branchages ils en firent leur repère.

Ils n’étaient pas les seuls, armés de bâtons et autres sabres en bois, à arpenter la colline au pied du vieux fort. Une autre équipe avait élu domicile un peu en contre bas et, chacun défendant jalousement son territoire, leurs rencontres étaient souvent tendues, imitant parfois les escarmouches qu’ils avaient vu dans le film "la Guerre des boutons"...

Lors d’une bataille mémorable contre la bande adverse, le P’tit Marcel, isolé du reste de sa troupe, se trouva encerclé par un groupe qui, voulant profiter de leur nombre, s’apprêtait à lui faire passer un mauvais quart d’heure... Se voyant pris, prenant son courage à deux mains et rassemblant toutes ses forces, il décida de tenter une percée. Faisant tourner son épée de bois au dessus de sa tête, il fonça dans le tas donnant des coups à tous ceux qui se trouvaient sur son chemin. Malgré la résistance de ses adversaires et les coups qui pleuvaient sur lui rien ne le faisait fléchir, ni la douleur qui, à présent, lui barrait l’épaule, ni le sang qui coulait de son nez meurtri.

Finalement sa ténacité fut payante et il réussi à se sortir de ce guêpier. Poursuivant sa course, il se dirigea rapidement vers son camp, distançant ses adversaires qui s’étaient lancés à sa poursuite. Lorsqu’enfin il retrouva la sécurité de son camp, il pu s’assoir et souffler un peu. Son nez avait cessé de couler mais son épaule lui faisait horriblement souffrir. Passant sa main sous sa chemise il la retira couverte de sang. Le coup qui l’avait frappé lui avait entaillé le torse profondément. Dans sa bande il y avait une fille qui jouait le rôle de cantinière et d’infirmière chargée de soigner les blessés. Après avoir nettoyé la plaie elle lui fit un pansement de fortune...

Il en resta une belle cicatrice qui ne s’effaça pas avec le temps, et resta le témoin des batailles passées du P’tit Marcel avec de sa bande de pirates.

Lorsque les P’tit Doudous abordent la question avec leur Mamie, elle leur raconte une version un peu différente... mais ça c’est une autre histoire !...

Pirateries... {JPEG}

Notes

[1] à l’époque les enfants allaient en classe le mercredi

[2] le "bois fumant" qui faisait tousser les petits pirates…